Les hirondelles de la grande ferme

 

Les hirondelles de la Grande Ferme

 

Depuis plusieurs années une colonie d’hirondelles de fenêtre (Delichon urbicum) a élu domicile sur les vitrines  et les portes d’entrée du bâtiment de la Grande  Ferme. C’est une espèce protégée dont les effectifs sont en baisse, comme sa cousine l’hirondelle rustique (Hirundo rustica) qui niche dans les granges 

Bien sur une telle densité de nids n’est pas sans causer quelques désagréments, surtout pour les commerçants et les clients de ces magasins et pour les locataires.

Depuis 4 ans l’association ‘Images Plaine Nature’ assure le suivi de cette colonie, une des plus importante de la région et a procéder à l'aménagement des nids, et ce dans le cadre de l’opération ‘Guetteurs d’Hirondelles‘ initiée par l'association EPOB (Etude et Protection des Oiseaux en Bourgogne). Régulièrement nous informons cet organisme sur l’évolution de la colonie : 35 nids occupés en 2014 - 27 en 2015

 De façon à éviter au maximum les souillures par les fientes, des planchettes de protection ont été posées sous les nids, elles sont régulièrement néttoyées

 

Comme c’est une espèce protégée, toute destruction de nids est interdite

 (Toute destruction de nid, de capture ou de détention d’oiseau sont interdites et sont passibles d’une amende de 9000  € et d’une peine de prison d’une durée maximale de 6 mois (art. L415-3 et suivants du Code de l’environnement))

 

En ce début d'année 2016, nouvelle étape pour la colonie.

En effet la municipalité à décidé des travaux de réfection de la façade, pose de carrelage sur toute la hauteur du mur, il a donc fallu intervenir. Cette intervention c'est déroulée en plusieurs étapes

        Au printemps 2015, l'association a installé 14 nids artificiels en béton de bois. Malgré l'installation tardive, après l'arrivée des hirondelles, 4 nids ont été occupés

 

 

 

      Février 2016 : il a fallu détruire les nids naturels, opération menée par les bénévoles dimanche dernier. Cette destruction a pu ce faire suite à une demande de la municipalité auprès de la Dreal de cöte d'or, demande remontée au muséum d'histoire naturelle de Paris, et qui a fait l'objet d'un arrêté préfectoral, autorisant la destruction dune espèce protégée

                         Voir l'article du Bien Public du 23/02 : cliquer ici

        Mars 2016 : pour palier à la  destruction de ces nids, 12 nids artificiels vont être installés pour compléter les 14 premiers. En effet l'autorisation de destruction nous oblige à compenser le nombre de nids détruits. 

 

Cette autorisation nous oblige aussi à un suivi de la colonie, ce qui sera fait durant ce printemps. Nous attendons l'arrivée des oiseaux pour observer leurs réactions.

Vont-ils utiliser les nids artificiels? Vont-ils essayer de reconstruire sur les anciens emplacements? Vont-ils y réussir malgré le carrelage?

Nous répondrons à toutes ces questions sur ce blog et sur la page Facebook